Sarko part en pré-retraite

Publié le par Bast

Sarko n'est plus que candidat, mais la Police a reçu des instructions

Enfin, Nicolas Sarkozy quitte ce ministère dont il a tant profité durant sa campagne. Après s'être toutefois accordé un dernier déplacement aux Antilles aux frais du contribuable, le candidat sortant va pouvoir se consacrer entièrement à sa campagne, comme le soulignent les médias (qui n'ont pas vu que c'était déjà le cas depuis un moment). Ces cinq années au pouvoir s'achèvent donc sur un bilan épouvantablement mauvais.

Celui qui se disait le champion de la lutte contre l'insécurité a laissé les violences aux personnes exploser : + 80 %. Aucune politique n'a en outre été mise en place pour les banlieues, toujours au bord de la révolte. La police a été humiliée, soumise aux caprices électoralistes d'un ministre qui n'a cessé d'instrumentaliser les forces de l'ordre, recréant un climat de défiance et de peur au sein de la population, notamment dans les quartiers. N'en jetez plus, la cour est pleine.

La police s'est transformée en milice à la solde de Sarkozy. Les jeunes ne sont plus que des "racailles" et les cités doivent être "nettoyées au Kärcher". Au passage : Sarkozy quitte le gouvernement sans avoir pu se rendre en banlieue en tant que ministre de l'Intérieur... malgré les inombrables promesses de déplacement dans les quartiers. Courage, fuyons !

Vous avez aimé le bilan du ministre de l'Intérieur ?

L'échec de sa politique de sécurité est à l'image de celui de sa politique d'immigration. Le départ de Sarko intervient à un moment symbolique, alors que les rafles de sans-papier à la sortie des écoles provoque le scandale. Comme pour l'insécurité, la prévention a été totalement oubliée. Les charters tournent à plein et la France a perdu 3 milliards d'euros dans le financement de cette politique démagogique qui n'a ni réglé le cas des sans-papiers, ni chercher à soutenir leurs pays d'origine. Au contraire, l'étranger est désormais un bouc émissaire facile, sensé assumer les échecs du gouvernement à la place de la droite et de Sarko.

Sarko doit désormais rendre des comptes. Il doit s'expliquer devant les Français sur les raisons d'un tel échec. En digne héritier de Chirac, le candidat sortant n'a rien fait. Les médias oseront-ils poser les bonnes questions ? Et, surtout, les électeurs sauront-ils s'en souvenir dans l'isoloir ?

Rien n'est moins sûr. D'autant plus que l'homme libre n'est aujourd'hui plus que le candidat du pouvoir. La machine à promesses va tourner à plein et l'électoralisme et la démagogie sarkozystes risquent bien de rendre les Français amnésiques... A moins qu'ils ne décident d'envoyer Sarkozy à la retraite de manière définitive.

La Police s'est enfin débarassée de Sarkozy... Pour combien de temps ?

B-)

PS : Le siège dépatemental du PS dans les Hauts-de-Seine a été ravagé par un incendie criminel cette nuit. Un cadeau d'adieu de la gendarmerie pour Sarko ?

Accueil

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

Laurent 13/12/2008 16:19

Comme dirait le sage ...1-Le hasard fait bien les choses.2-Parfois, les (grands) esprits se rencontrent.Soit !Amuses-toi bienLaurent

bast64 13/12/2008 16:14

Désolé mec, c'est un montage 100 % maison... Comme toujours ici d'ailleurs.

Laurent 12/12/2008 19:09

SalutCom tu dis y a ceux qui, et les autres ...Bien faite la reprise de mon montage.