Trou d'air ?

Publié le par Bast

Les analystes de tout poil se bousculent au portillon pour commenter le " trou d'air " (dixit Peillon) que traverserait en ce moment la campagne socialiste. Afin d'étayer ce constat, ces " fins observateurs " tentent de mettre en évidence une succession d'erreurs. En réalité, il n'y pas de quoi fouetter un chat ; mais cela montre que la bataille qui a commencé sera sanglante. Décryptage de bast64.

Les annonces fiscales du Premier secrétaire

François Hollande a fait parler de lui en rappelant certaines dispositions fiscales du projet socialiste. Les baisses d'impôts offertes aux ménages dont le revenu déclaré dépasse 8 000 euros seraient remises en question. Journalistes et sarkozystes ont sauté sur l'occasion en tirant à boulets rouges sur les dangereux collectivistes de gauche, qui veulent faire payer plus ceux qui gagnent le plus. Non mais ça va pas ou quoi ?

Résultat : cet épisode a permis à la candidate de réintégrer l'ultra-compétent Dominique Strauss-Kahn à son équipe de campagne, tout en consolidant son rôle de chef. En plus, Copé s'est brûlé les ailes avec l'histoire des profs certifiés et des conducteurs de TGV... Il a dû s'excuser. On a bien rigolé.

L'affaire de la SCI La Sapinière a fait " pschiiit "

Vous avez sûrement reçu ce mail qui " révèle " que le couple Hollande-Royal a recours à la structure de la société civile immobilière pour gérer ses biens... comme toute personne ou famille possédant plusieurs propriétés. On rappelle au passage que n'étant pas mariés, François et Ségolène cherchent à offrir des garanties juridiques à leurs enfants, ainsi qu'à eux-mêmes. Prétendre, comme le sous-entendait ce mail, que ce dispositif vise à contourner l'ISF relève de la manipulation. D'autant plus que le couple paye l'ISF !

Cette manoeuvre minable a échoué. Ségolène Royal a réagi en étant la première à rendre publique sa situation patrimoniale et fiscale, immédiatement immitée par la plupart des candidats. Mieux que ça : Jacques Godfrain, ex-sous-ministre, député UMP, maire de Millau et sarkozyste du premier cercle se voit poursuivi par François Hollande pour être à l'origine du coup fourré. L'arroseur arrosé ?

La suspension du blagueur Montebourg

Adepte de la blague facile, Arnaud Montebourg a déclaré hier au Grand Journal de Canal que le seul défaut de Ségolène Royal était François Hollande. Dans la bouche du porte-parole de la candidate, ça craint un peu... C'est pourquoi Ségo l'a suspendu pendant un mois. Il s'est par ailleurs excusé ce matin, puis a remis sa démission.

Dans cette histoire, le seul perdant est Montebourg, qui aurait dû réfréner son irrépressible besoin de faire le malin. Il a au moins fourni à Ségo l'occasion de réaffirmer son autorité et sa confiance envers le Premier secrétaire.

Les débats participatifs

Beaucoup prétendent que la date du 11 février retenue pour clore les débats participatifs est trop tardive, puisque Ségolène ne sera en mesure de dévoiler ses propositions que fin février. Ces arguments gagnent même certains au PS qui préfèrent céder à la panique... La candidate a tenu à répondre qu'elle s'en tiendra à son calendrier, remettant chacun à sa place.

On rappelle à ceux qui se répandent sur le " manque de propositions " de Ségolène que l'ensemble de ses déclarations est mis en ligne, classé par thèmes. Ce n'est pas le cas du candidat UMP. Quant à ceux qui critiquent les débats participatifs, ils n'ont qu'à aller visiter le site de DA pour comprendre que leur conservatisme politique est dépassé par l'engouement que ces rencontres citoyennes suscitent.

Enfin, Ségo disposera de bien assez de temps pour présenter les propositions qui sortiront de ce premier travail de démocratie participative à l'échelle nationale. En effet, le premier tour se déroulera entre sept et huit semaines plus tard... Et le second plus de deux mois plus tard !

Attaques directes : pas de quartier !

Aucune de ces critiques ne suffit à elle seule à plomber la campagne. En revanche, l'évocation répétée d'une hypothétique accumulation de supposées " bourdes " profite forcément au candidat de l'UMP.

Il n'y a qu'à voir certaines de ces attaques qui touchent directement à la personne, au caractère et au physique de Ségolène. Pourquoi lui reprocher de sourire ? Pourquoi la ciritiquer quand elle utilise des mots simples ? A quoi bon la déclarer a priori incompétente ? La mauvaise foi est la plupart du temps à l'origine de ces prêt-à-penser.

Mais bon. Après tout, c'est de bonne guerre ! De la part d'un camp dont le candidat est si fréquemment victime d'attaques sur son physique, son fascisme et sa démagogie... Les agressions seront encore très dures et nombreuses. Arrêtons de nous plaindre et préparons-nous à cette campagne... Il n'y aura pas de prisonniers ! 

B-)

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article