La belle bat la bête

Publié le par Bast

La combativité de Ségolène a surpris un Sarkozy totalement passif

Hier soir, 25 millions de Français ont regardé le débat Royal-Sarko. Sarkozystes, royalistes ou indécistes, nous avons tous trouvé des raisons d'être satisfaits par cette joute tant attendue entre les deux prétendants à la Présidence de la République. En dépit des évidences, la presse complaisance relaie sans honte l'argumentaire du " Sarkozy serein "  et de la " Ségolène agressive ". A croire qu'ils n'ont pas vu le même débat que nous...

La challengeuse et le favori

Les sondages donnent tous Sarkozy gagnant. Fort de ce constat, Ségolène Royal adopte la stratégie du blitz : à peine Sarko évoque-t-il la suppression des fonctionnaires qu'il se fait reprendre par une Ségolène indignée, à sa grande surprise. Le tempo est lancé : Ségo ne laissera rien passer. Tout miel dans son intro, Sarko s'enferme dans un rôle d'innocent qui lui va à peu près aussi bien qu'un costume XL.

Condamné à jouer le jeu du zen, Sarko se met sur la défensive dès la première attaque de Ségolène. Certain d'avoir trop à perdre en cas d'incident, le favori des instituts de sondages se cantonne à une attitude passive qui ne lui ressemble pas. Même quand il joue les victimes, " la larme à l'oeil ", ça ne fonctionne plus. Le rouleau compresseur est roulé, compressé.

" T'en veux encore ? "

Où est passé Sarkozy ?

Mais qu'est-il arrivé à Monsieur Sarkozy ? Incapable de répondre sur les fonctionnaires qu'il comptait supprimer, à côté de son sujet sur le nucléaire, flou sur la promesse de baisse des PO de 4 points de PIB, fuyant le regard de Ségolène, excessivement buté sur la Turquie, mal à l'aise avec ses fiches... Nicolas Sarkozy doit regretter d'avoir laissé Ségolène Royal lui manger le micro.

Il pensait qu'il n'aurait qu'à sortir sa vulgate poujado-sécuritaire pour balayer Royal. Mais d'emblée, il s'est fait reprendre sur son bilan au ministère de l'Intérieur, sur les retraites, sur la croissance, sur l'éducation... Contraint de se creuser la tête pour ne pas apparaître ridicule, Sarkozy a indubitablement été surpris par la combativité de son adversaire.

Preuve en est les seules réponses minables qu'il a pu bafouiller : " Il faut être calme pour être Présidente ... vous vous énervez ... vous sortez de vos gonds ... ne soyez pas agressive ", bla-bla-bla. Autant de remarques condescendantes visant à réveiller les stéréotypes ayant pesé pendant des siècles sur les femmes. Mais rien sur le fond, bien que les accusations soient à la fois graves et fondées.

Surpris par le changement de terrain, le sarkoshow a connu des ratées

Du flan à l'harissa

Evidemment, il ne suffit pas de tirer profit d'une bonne performance dans le débat d'entre deux tours pour gagner les élections. Pourtant, de nombreux indécis ont pu voir toute la différence qui existait entre le flan-flou sarkozyste et le piment Ségolène. La volonté de débattre, l'absence d'erreur et la conviction et l'audace affichées par la candidate auront certainement séduit une bonne partie des indécis. La sérénité surjouée d'un Sarkozy méconnaissable et désemparé fait à côté bien pâle figure.

Maintenant, il reste trois questions. Bien évidemment, celle du résultat final : qui sera élu(e) et avec quel écart ? Deuxième question : après avoir repris la main entre les deux tours (Bayrou, Charléty, débat), Ségolène disposera-t-elle de la dynamique suffisante pour renverser la logique arithmétique du premier tour ? Enfin, après l'ouverture affichée hier soir par Ségolène (sur le surplus de croissance allant à la dette, sur la taxe professionnelle, etc.), que va dire Monsieur Bayrou ? Plus que jamais, sa prise de position comptera. Réponse dans la journée.

B-)

Accueil

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Publié dans Présidentielles 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bast64 04/05/2007 17:35

Contrairement à toi et aux exilés fiscaux - si tu vois ce que je veux dire - je préfère choisir qui je soutiens en fonction de mes convictions. Je ne suis pas responsable du vote des Français.
J'ai la possibilité d'ouvrir ma gueule pour dire ce que je pense et je n'ai aucune raison de céder à la démoralisation de ceux qui nous méprisent.
Enfin, je pense à tous ceux qui - comme toi - vont voter Sarkozy et faire de nous les éternels cocus de manipulateurs qui n'ont strictement rien à foutre de nous.
Et j'espère encore que vous allez perdre.

egoitz Jaurrigiberri 04/05/2007 14:34

Salut camarade Bast64 !BÔ discours à Charletty, mais les merguez étaient dégeulasses. J'ai bien aimé également le morceau Ace of base avant le discours. On se serait cru à la foire du trône !Beau défilé également des artistes en perdition (on aurait dis Mozart rencontrant Marie Antoinette en 1786), limite Star Ac qui fait la promotion des artistes oubliés. En espérant que ta ségo ne suive pas le même destin !Cependant vu les stat d'aujourd'hui 54,5 % pour Sarko, ça rassure le peuple "soumis" mais plus lucide.Comme dis, tu as soutenu Jospin en 2002; il a perdu. Tu soutiens ségo; elle va perdre. Tu as toujours soutenu les looser, mais au moins tu as du mérite; il faut bien le reconnaître.A tous les prolos de charlety, cordialement,Egoitz Jaurrigiberriinsoumisioa 4+3=1

bast64 03/05/2007 20:32

L'analyse de David Abiker :
http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=610