Bayrou avec nous !

Publié le par Bast

Aujourd'hui, à 15 heures, François Bayrou donnera une conférence de presse pour annoncer ces intentions pour le second tour. Beaucoup des voix de l'UDF restent à prendre, alors même que la plupart des 7 millions de bayrouistes ont déjà rejoint les deux sélectionnés.

D'autres attendent pourtant que Monsieur Bayrou appelle à voter pour l'un ou l'autre des prétendants restant en lice, après une campagne marquée par le succès des propositions du candidat UDF.

Bayrou choisira-t-il la belle Ségo ou le méchant Sarko ?

Inutile de dire que les électeurs de gauche et du centre attendent beaucoup de François Bayrou. L'appel de Valence est clair : Ségo lui propose de rejoindre le pacte présidentiel sur la base d'une discussion publique portant sur les sujets sur lesquels centristes et socialistes convergent : la priorité à l'éducation, un nouveau référendum pour le traité constitutionnel européen, l'Etat impartial, la pacification des quartiers, l'impératif écologique, etc.

Au-delà de ces propositions de fond, Ségo propose à Bayrou le changement qu'il souhaite tant. La coalition centre-gauche qu'il prédisait est sur le point de voir le jour, ce qui constituerait un fait historique. Cette grande coalition, qui irait des Verts à la gauche de l'UDF, permettrait aux partis de gouvernement de réaliser de belles réformes tout en imposant d'indispensables avancées sociales.

Elle offrirait d'autre part l'occasion à la gauche de la gauche de se constituer en véritable force d'opposition politique, ce qui nous manque aujourd'hui. Enfin, libérée de Sarkozy et Le Pen, la droite pourrait regagner les terrains perdus du gaullisme, et abandonner les steppes de l'idéologie sécuritaire ultralibérale.

Ce que Bayrou détient entre ses mains, ce n'est ni plus ni moins que l'avenir de la vie politique et de l'offre démocratique qui sera désormais proposée à nos compatriotes pour les décennies à venir.

En proposant à François Bayrou de réaliser cette coalition pro-européenne, réformiste, sociale, pacificatriste et soucieuse de l'environnement, Ségolène Royal ne met pas le candidat centriste " au pied du mur ", contrairement à ce dont l'UMP l'accuse.

Côté Sarko, ce n'est pas la même limonade. Il veut bien des électeurs de Bayrou, pas de ses propostions. On est donc dans le registre de la menace. Chaque député est abordé individuellement : " Sois tu soutiens Nicolas, soit on présente un candidat UMP contre toi aux législatives ". C'est radical. En raison de ce chantage effectué dans le dos des électeurs par les sbires de la Sarkozye, un certain nombre de défections de parlementaires UDF sont donc à prévoir.

Mais que restera-t-il alors du changement prôné par Bayrou ? Qui incarnera ses idées si tous les parlementaires vont à la soupe à l'UMP ? François Bayrou fait donc face à un choix clair. Soit il se soumet à la logique d'intimidation de Sarko, soit il s'associe au changement de Ségo.

On espère que le centre mou s'est endurci. Nous ne doutons pas que Monsieur Bayrou dispose de aujourd'hui de suffisamment de courage pour faire un tel choix. A moins que...

B-)

Accueil

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

bast64 26/04/2007 17:36

Excellente citation, mon cher.

juju 26/04/2007 16:42

Grave, mais le problème c'est l'ex udf est elle pour ou contre le PS... je ne suis vraiement pas aussi catégorique que toi... Moi je trouve que ca sens bon le cannibale...De plus si C&O veut rattrapper son retard, je pense qu'elle devrait être un peu plus "pesante" sur les idées et un peu moins sur le béarnais de service.NB: incroyable comme ce type était une raclure sur ce site avant le premier tour, puis es maintenant le plus grand suporter du PS pour toi...Citation de circonstance: "En politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés." Alexis de Tocqueville

bast64 26/04/2007 16:22

Aaah Juju !
Tu te faisais plutôt rare ces derniers temps...
Sinon dis-moi, tu le trouves pas un peu aigri, l'ancien boss du Lyonnais ?

juju 26/04/2007 15:38

TU L'as dit bouffi:aujourd'hui mangez ca...
A terme, l'alliance de la composante sociale-démocrate du PS et du centre est la seule chance pour la gauche de gouvernement de revenir au pouvoir, estime le banquier qui soutient François Bayrou, dans un blog des Echos  
Jean Peyrelevade, ancien président du Crédit Lyonnais et proche de François Bayrou, a qualifié mercredi d'"avances inconvenantes" la main tendue par Ségolène Royal au candidat centriste, l'accusant de vouloir faire une alliance "à l'arraché, dans l'humiliation du partenaire hier vilipendé".
Dans un commentaire diffusé sur le site des Echos, M. Peyrelevade ajoute que "les propositions obscènes et donc maladroites" de Mme Royal sont "sans doute contre-productives en termes électoraux".
Il condamne l'initiative de la candidate socialiste pour "des raisons de forme" et "de fond". "Comment peut-on aujourd'hui proposer un débat, des ministres, demain Matignon peut-être, à quelqu'un dont on disait hier qu' il n'était pas le troisième homme, qu'il était un homme de droite ?", se demande-t-il.
Selon lui, "l'ouverture de Ségolène Royal constitue une double erreur de diagnostic". D'abord, "l'objectif de François Bayrou n'est pas de devenir ministre de qui que ce soit, mais de construire une force nouvelle et centrale capable de rénover la vie politique française".
Ensuite, le PS, qui "n'a plus de ligne directrice dominante", "n'est plus en état de gouverner durablement le pays", affirme Jean Peyrelevade. Avant d'envisager quoi que ce soit avec entre la gauche et le centre, il faudrait que le PS "surmonte sa crise et se réforme". "A terme, l'alliance de sa composante sociale-démocrate et du centre est la seule chance pour la gauche de gouvernement de revenir au pouvoir. Mais cela nécessite du soin, du temps, un long mûrissement et ne se fait pas à l'arraché, dans l'humiliation du partenaire hier vilipendé".
M. Peyrelevade estime que ce sont "le centre et François Bayrou qui seront en fait le vrai moteur, les vrais pivots du changement, pas le PS".