Au top / Aux chiottes de la semaine

Publié le par Bast

Voici, en temps et en heure cette fois, votre classement Au top / Aux chiottes de la semaine. Le palmarès est très aérien, puisque bast64 récompense aujourd'hui les régions françaises pour leur engagement en faveur de l'emploi chez Airbus et taille Jean-Luc Delarue pour son engagement en faveur de l'alcoolisme aérien.


 

 

Au top : Les régions françaises

8 régions françaises ont demandé à entrer au capital d'Airbus, à l'image des länders allemands. "Mais ç'a n'a rien à voir !" crie l'UMP, constatant qu'un länder n'est pas une région. Archaïsme vous dis-je ! Les länders disposent de minorités de blocage dans les capitaux des principaux groupes employant sur leur territoire (i.e. la Basse-Saxe a 20 % de Volkswagen). Ils sont ainsi comptables devant les électeurs de toutes les décisions qui touchent à l'emploi, objectif numéro un. Chez nous, on préfère baisser le pantalon et laisser se tarir les gisements d'emploi. Ailleurs, on imagine des solutions pour les sauvegarder. C'est toute la différence entre les libéraux soumis et les réformateurs de gauche.

 

 

 

 

Aux chiottes : Jean-Luc Delarue

Garde-à-vue pour l'animateur-producteur vedette de France 2, suite aux atteintes aux personnes dont il s'est rendu coupable sur le vol Paris-Johannesburg du 13 février. Il n'a pas écouté Sarko : "Lexomil d'accord, mais sans pinard !". Mais peut-être voulait-il se suicider au Médoc ? Certes, il s'est excusé. Il faut dire que toute la France a ri avec cette histoire d'arroseur arrosé. En effet, on imagine l'arrogance dont on doit disposer pour se comporter de la sorte, même complètement défoncé. N'importe qui faisant pareil dans la rue finirait la nuit au ballon. Hier pourtant, Delarue présentait en direct une émission sur le cancer ; peut-être aurait-il pu prendre un peu de recul et faire oublier sa tête récidiviste. Car parmi les célébrités, les mauvais exemples ne manquent pas. Mais selon que vous soyez puissant ou misérable...

B-)

Accueil

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Commenter cet article

bast64 06/03/2007 15:53

Il ne s'agit pas d'avoir un poids sur toutes les décisions, au contraire. C'est à la direction de fixer les axes de sa stratégie.
La minorité de blocage des länders n'est utilisée qu'en cas de décision ayant de graves conséquences sur l'emploi : plans sociaux, fermertures de sites, délocalisations d'unités de production rentables...
Et puis au prix de l'action EADS aujourd'hui, les régions auraient tort de se priver !
Quoi qu'il en soit, si tu t'estimes convaincu que les régions n'ont aucun rôle économique à jouer, je ne peux pas te faire changer d'avis.

Gilles C. 06/03/2007 14:25

Sérieux, faudra m'expliquer à quoi ça sert que les régions qui se plaignent déjà du manquent de moyen aillent acheter pour plusieurs centaines de millions d'euros d'actions d'EADS, qui ne leur donneront aucun poids de décision.Faut arrêter de dire n'importe quoi juste pour faire plaisir et ramasser des électeurs, non ?