L'appel au Président

Publié le par Bast

Une pétition a été lancée pour demander à Jacques Chirac, Président de la République, de virer du gouvernement Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, président de l'UMP et candidat du pouvoir à l'élection présidentielle.

Signez, l'appel au Président !

Monsieur le Président de la République,

Vous veillez au respect de la Constitution. Vous assurez, par votre arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'Etat.

C'est donc naturellement à vous que nous faisons appel pour mettre fin à un désordre susceptible de perturber le déroulement de l'élection présidentielle, voire, le cas échéant, de jeter le doute sur la sincérité de ses résultats.

Le maintien de Monsieur Nicolas Sarkozy, qui a reçu l'investiture du parti majoritaire à l'Assemblée nationale, aux responsabilités de Ministre de l'intérieur, est en effet extrêmement préoccupant pour la vie démocratique de notre pays.

Différents aspects de cette situation inédite sont en effet extrêmement préoccupants pour tout citoyen français  :

- Le Ministre de l'intérieur organise les élections et ne devrait pas simultanément être candidat. C'est Monsieur Nicolas Sarkozy qui organise cette élection. Il en vérifie le bon déroulement. Il en révèle les résultats . Monsieur Nicolas Sarkozy, dont le directeur de campagne est son actuel directeur de cabinet au Ministère, sera donc en la matière à la fois juge et partie ;

- Le Ministre de l'intérieur bénéficie des services de l'État qui ne devraient pas être détournés à des fins partisanes. De par ses responsabilités, Monsieur Nicolas Sarkozy est amené à mobiliser les services de l'État qui lui donnent une vision très précise de l'état de l'opinion publique, sans que son équipe de campagne n'aie besoin de dépenser les sommes importantes traditionnellement consacrées aux sondages et aux enquêtes d'opinion ;

- Le Ministre de l'intérieur ne doit pas confondre son action avec l'action d'un candidat. Monsieur Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de multiplier les déplacements en province, en annonçant même trois par semaine. Ces multiples interventions ont lieu, la plupart du temps, en marge de déplacements officiels, aux frais de l'Etat. Là encore, il s'agit d'un abus dans l'utilisation des deniers publics, et d'une manière de s'affranchir des règles encadrant les dépenses de campagne ;

- Le Ministre de l'intérieur ne peut pas utiliser sa position à des fins personnelles. Plus grave, Monsieur Nicolas Sarkozy a publiquement annoncé, à plusieurs reprises, qu'il avait accepté sa charge pour pouvoir "reprendre en mains" différents services de l'Etat qu'il soupçonnait de vouloir mener des enquêtes à son encontre. À quelques semaines d'échéances aussi importantes que cette élection présidentielle, les citoyens peuvent légitimement s'inquiéter de ces annonces passées ;

- Le Ministre de l'intérieur ne devrait pas être en situation d'utiliser directement les moyens de l'État contre les autres candidats. Plus grave encore, un hebdomadaire paraissant le mercredi a relaté de très sérieux soupçons d'utilisation des services des "renseignements généraux" pour constituer des dossiers contre les équipes et les soutiens d'une autre candidate à la fonction présidentielle. Si une telle pratique était avérée, ce serait une forfaiture. Si elle ne l'était pas, le simple soupçon, reposant sur des témoignages convergents de nombreux agents de ce service, serait une tâche sur le déroulement de l'élection présidentielle. Il faut mettre fin à ces ambiguités.

Monsieur le Président, vous avez été porté à cette fonction par une mobilisation sans précédents d'électeurs de toutes convictions qui voyaient en vous un barrage contre ce que notre système démocratique tolère de plus extrémiste.

Ce suffrage vous oblige donc doublement.

C'est pourquoi nous, signataires, vous demandons par la présente de bien vouloir mettre fin à cette situation équivoque dans les meilleurs délais en relevant le candidat de l'UMP, Monsieur Nicolas Sarkozy, de ses responsabilités ministérielles.

Dans l'espoir que notre requête recevra une réponse favorable, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l'assurance de notre Haute considération.

B-)

Accueil

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

bast64 09/02/2007 17:33

3 600 le 9 à 17h32 : ça ralentit dangereusement : il ne faut pas se soumettre ! Signez !

bast64 04/02/2007 18:17

3 456 le 4 février à 18h17.
Faites tourner l'appel au président !

bast64 01/02/2007 18:02

3 317 le 1er février à 18h00.
Faites circuler la pétition !

bast64 31/01/2007 10:10

3 041 signataires le 31 à 10h10

bast64 30/01/2007 10:20

2 809 signataires le 30 à 10h19 :
Faut s'activer les gens !
B-)