Dahan piège Ségo... Et Sarko alors ?

Publié le par Bast

L'humoriste Gérald Dahan a piégé Ségolène en se faisant passer pour le Premier ministre québécois, Jean Charest. Avec un accent québécois impeccable, il a engagé le dialogue sur un ton amical emprunt de bonne humeur. Au cours de la conversation - qui a duré 11 minutes - l'imitateur est parvenu à faire dire à Ségo bien des choses...

Le vrai-faux Jean Charest explique ainsi à Ségo que les Français seraient très intrigués si lui-même ou le Premier ministre canadien se prononçaient en faveur de l'indépendance de la Corse. " Les Français ne seraient pas contre ", répond Ségolène d'un ton rieur. Ce à quoi elle ajoute : " Ne répétez pas ça, ça va encore faire un incident en France ! ".

Effectivement, on imagine dans quel état d'excitation doit aujourd'hui provoquer cette blagounette chez les sarkozystes !

Evidemment, et comme pour tous ceux qui se sont faits piéger par Dahan, l'effet est retardé. Ségo a même annoncé au public devant lequel elle s'exprimait juste après ce coup de fil que Jean-Chrétien transmettait son bonjour... Du grand art dans l'imposture !

Sauf qu'il y a un malaise. Quand il avait piégé Sarko, Dahan avait imité Pierre Palmade, ce qui était très drôle et sympathique. En se faisant passer pour un responsable politique, il provoque des conséquences bien plus graves. Car de la conversation amicale, très drôle et détendue qu'il a enregistrée, il ne restera que la blague sur la Corse...

Repris par tous les médias, la plaisanterie fait aussi le miel des anti-Ségo de tous bords. Sarko s'est ainsi dit " consterné ". Il a ajouté : " si c'est une plaisanterie, elle est de mauvais goût ... La Corse, c'est la France, la Corse, c'est la République ", patati-patata. Pour quelqu'un qui a tant promis aux Corses sans jamais rien faire.., c'est quand même assez marrant.

Quoi qu'il en soit, ce canular a des conséquences sur l'image de la candidate. Mais ce n'est pas ce que nous critiquons ici. Dahan est un humoriste très doué dont on ne peut se permettre d'entraver le droit à la parole. Même si certains le classent parmi les sarkozystes, il aura sûrement à coeur de prouver sa crédibilité. Car s'il a choisi l' " érection présidentielle " pour thème de son spectacle, il ne doit oublier personne...

En effet, maintenant qu'il s'est engagé sur le terrain politique, il se doit d'en explorer toutes les crevasses. Alors Gérald Dahan aura-t-il le cran de piéger (politiquement cette fois) Nicolas Sarkozy ?

B-)

Accueil

Haut de page

Imprimer

Ajouter aux favoris

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

bast64 28/02/2007 11:37

Pour répondre à ceux qui l'accusent de rouler pour Sarko et de chauffer les salles de l'UMP, Dahan explique :
" Sarko... a trois caractéristiques essentielles du personnage burlesque : petit, cocu et de mauvaise foi "
Le Parisien, 27 février 2007