"Loue studette contre pipe" : Boutin bien silencieuse

Publié le par Bast

Boutin-180208.jpg

Avez-vous lu le très bon article d'Elhame Medjahed et Ondine Millot, "Loue studette contre pipe", paru dans Libé le 6 février 2008 ? Si ce n'est pas le cas, ne vous inquiétez pas. C'est totalement normal, vu qu'un black out multimédia semble avoir été mis en place sur cette enquête choc, qui aurait normalement dû faire la Une de tous les jités. Avant de continuer, nous vous recommandons néanmoins de remettre à jour vos connaissances en sciences inhumaines... Glaçant... frigidifiant même.
Pour faire court : les jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à accepter des offres de location contre des rapports sexuels avec des propriétaires assez pervers pour exploiter - entre autres - la misère de la jeunesse.
Dans un pays normal, face à de telles révélations, le ministre en charge du logement aurait immédiatement annoncé le financement de résidences étudiantes pour filles, la création de places d'hébergement d'urgence et sécurisé pour les situations les plus graves, ainsi que la répression implacable et systématique des proprios, piégés par de jeunes et belles fliquettes... bref, tout gouvernement normalement constitué aurait toutes affaires cessantes volé au secours de ce que le pays a de plus précieux : ses filles pleines d'avenir.
Seulement voilà : ici, on est en France ; et notre ministre du Logement s'appelle
Christine Boutin. L'esclavage sexuel des jeunes filles ? Elle semble n'en avoir rien à foutre : elle s'en secoue le crucifix, elle s'en bat le silice, elle s'en balance le missel.
Et les journalistes ? Trop dur de se bouger le cul pour aller enquêter ? Impossible de lâcher le fil AFP des communiqués de l'Elysée ? Il faudrait peut-être arrêter les conneries les mecs, et faire votre boulot. A moins qu'il ne faille demander l'autorisation à la Boutin ?

Publié dans Opposition !

Commenter cet article

Pasnaïf 27/02/2008 19:46

Je précise que j'habite dans une agglomération de 50000 habitants, où il ya 2 UIT  avec 5 ou 6 possibilités, ainsi qu'une FAC, et de nombreux BTS et qu'à notre grande surprise on voit venir des étudiants de TOULOUSE venir étudier dans notre "bled". Ils s'en trouvent très bien, car les structures sont plus petites, et ils sont enchantés. Mais bien sûr, encore faut-il trouver ce que l'on cherche.Et certains jeunes de chez nous, vont, par snobisme chercher ailleurs ce qu'ils ont près de chez eux.On est libre de se compliquer la vie inutilement.

Zebof 26/02/2008 11:06

Ouai c'est vrai ça panaif, elles sont bêtes ces filles. Aller étudier à Paris… Quelle idée ! Pour de bonnes études je leur conseillerais, Aulus-les-Bains, petit bled sympa en Ariège a une heure des stations de ski. J'ai aussi entendu dire, mais je sais plus où que pour espérer débuter une bonne carrière, les entreprises les plus formatrices ce trouvent à Peyrat-le-Château, dans la creuse, en plus ce qui est bien là-bas c'est que pour 300 € tu peux louer une ferme de 300M² avec un jardin de 2 hectares. Ce qui fait avec 140 Euros d’APL un loyer à 160€. En plus dans le jardin tu peux élever le bétail te faire un bon gros potager, et si tu t’y prend bien tu te débrouille pour trouver un cour d’eau potable au fond du jardin… A croire qu’elles vont à Paris juste pour vendre leurs fesses. En plus il n’y a rien à faire dans la capitale à part compter les moutons.

bast64 25/02/2008 10:22

Pasnaïf, ton analyse est pertinente dans la mesure où tu parles de villes moyennes. Il est évidemment plus facile de se loger à Angoulême qu'à Paris. Mais toutes les villes de province n'ont pas de fac ou d'école. Dans une grande ville étudiante comme Toulouse, beaucoup ont des difficultés pour se loger, même si ce n'est pas aussi hardcore qu'à Paris.Que ce soit pour ses études ou pour son premier job, on est bien souvent obligés de faire étape dans la capitale, qui est aussi la capitale étudiante et la capitale du mal-logement. Donc ça concerne quand même pas mal de monde, à un moment donné de sa vie. Qui n'a jamais appelé tous ses potes pour trouver un plan où dormir sur Paris ? Certains ont ainsi pu dire : "Tiens, j'ai un pote qui a un appart'... en plus il est mignon".

Pasnaïf 25/02/2008 06:30

Normalement un journal sérieux devrait refuser une telle annonce, sinon, que penser ? Mais il est certain qu'il y toujours des gens pas bien dans leur tête pour pouvoir tenter des trucs pareils.Et de toutes façons, si je puis me permettre, je conseillerais aux étudiants (es), lorsqu'ils ont le choix pour leurs études de privilégier les villes moyennes. Les logements y sont abondants, les loyers beaucoup plus abordables, la vie plus tranquille.On voit même chez nous, des étudiantes refuser des studios parcequ'ils ne sont pas assez chers et qu'ils ne leur permettent pas d'obtenir le maximum d'allocation logement qui est d'environ de 140 euros. Ils prennent un T1bis ou un petit T2 , car il faut un loyer de 280 euros pour obtenir 140 euros d'AL. Avec un studio à 200 euros, ils ne percevraient que 100 euros.On constate que parfois, les loyers ne sont pas assez chers, mais pas à Paris certainement.

stef et mimile 18/02/2008 23:22

Mais voyons cher Bast, si ce sujet avait fait la Une, cela aurait gâché le mariage de notre président !