Les charognards sont là !

Publié le par Bast

Etrange impression que celle qui peut saisir l'auditeur de RTL, alors que Rama Yade s'en prend aux impitoyables "charognards" qui ont lâchement lancé une véritable "chasse à l'homme" contre "Lui", son petit Président Sarkozy vénéré. Comparer ses détracteurs à des "charognards" revient en effet à assimiler Sarko à une charogne. Et ça c'est pas très gentil Rama. Après tout ce qu'Il a fait pour toi...
Cette parabole de la charogne ramayadesque recèle néanmoins une grande part de vérité. Comme le titre très justement un Express un peu moins lèche-cul que d'habitude, c'est "La déception". Pas pour nous, car à bast64, ça fait longtemps que nous savons à quoi nous en tenir. Mais plutôt pour ces 53 % de suffrages exprimés un certain 6 mai en Sa faveur.
Sentant le vent tourner au dessus de l'Elysée, la presse se fait girouette et étrille (enfin) cet Homme qui n'a pas su tenir Ses promesses, dont l'Action tant attendue se fait brouillonne et dont l'Impuissance saute aux yeux de ceux qui étaient jusqu'à lors hypnotisés par Ses roulements d'épaules. Le vernis saute, la peinture s'écaille, les caisses sont vides, les masques tombent, le voile est levé, le miroir brisé. Sarko est désormais moins apprécié que Fillon, c'est dire si Son état de santé politique est dans un Etat de faillite avancée. On peut donc dire que l'on assiste aujourd'hui à la chiraquisation de Sarkozy.

Carla-Chirac-090208.jpg

A l'aube des municipales qui ne la rendent que plus visible, cette chiraquisation prend plusieurs formes. Pour aller vite, on retiendra les symptômes suivants, qui sont plus ou moins liés :

- Abandon des promesses (pouvoir d'achat, "plan Marshall" pour les banlieues, croissance, etc.) ;
- Distributions de cadeaux fiscaux avant les élections (pêcheurs, proprios, taxis, CSP++, etc.) ;
- Relance de la machine à perdre (RPRisation de l'UMP) ;
- Influence excessivement néfaste des conseillers (Guéant, Guaino, etc.) ;
- Revenance de Juppé (on le dit à Bercy en mars) ;
- Réapparition des "affaires" (le dernier Canard évoque les marchés truqués dans le 92) ;
- Interventionnisme économique erratique (Mittal) ;
- Creusement de la dette (déficit public, balance commerciale, etc.) ;
- Improvisation totale et manque absolu de vision ;
- Instrumentalisation de l'environnement et cadeaux aux pollueurs ;
- Retour des thèmes de l'insécurité et de l'immigration ;
- Lampisation des ministres (remaniement) et de l'Union européenne (TVA, taux directeurs, etc.) ;
- Voyages à n'en plus finir (il faut bien s'occuper).


Et encore, on peut dire de Chirac qu'il avait une diplomatie cohérente. Mais cette chiraquisation reste tout de même une bonne nouvelle pour Sarko : c'est le signe qu'il a une chance de faire un deuxième mandat sans en branler une ! C'est Carla qui va être contente.

Publié dans Opposition !

Commenter cet article