Sur un air de jacquerie

Publié le par Bast



Alors que les universités se mettent en grève les unes après les autres, que la grève des transports du 13 approche et qu'elle menace de durer jusqu'à celle des fonctionnaires (le 20), alors que Fillon demande à sa majorité "d'accrocher sa ceinture", Sarkozy est appelé au front social.
Priorité au feu naissant : le Président s'est rendu ce matin au Guilvinec, charmant petit port de pêche où l'attendaient les pêcheurs en grève (eux aussi). Mais pourquoi les pêcheurs ? C'est vrai ça, ils ne sont que 24000 alors que les étudiants et les cheminots représentent plusieurs centaines de milliers de contestataires et les fonctionnaires plusieurs millions. S'agit-il d'un second front ? Un écran de fumée destiné à dissimuler (encore ?) la contestation grandissante de cet automne 2007 ?
Si Sarko se donne ainsi en spectacle sur les quais bretons, c'est que les pêcheurs ne déconnent pas. Comme leurs charmants amis agriculteurs, éleveurs, viticulteurs, etc., les gentils et paisibles pêcheurs ont en effet pour tradition de foutre le bordel. Quand ces gars-là contestent, on ne parle plus de défilés pacifistes avec des pancartes et les vieux de la CGT. On ne rigole plus : on bloque, on brûle, on saccage et on vandalise. Et on obtient ce qu'on veut. De toute façon, à la fin, c'est l'Etat qui paye.
On se souvient des
encagoulés du pinard, des pirates du thon rouge et autres vandales. C'est dire si l'Elysée craint la jacquerie. C'est la raison pour laquelle Sarkozy a choisi d'aller rouler des mécaniques devant les pêcheurs. Il a ainsi rebranché la machine à promesses, lui qui sait si bien la manier. Subventionner le secteur primaire, c'est toujours ce que la droite fait de mieux. Et puis c'est plus facile que de parler de réduction de la flotte, de surpêche et de reconversion... ou que d'envoyer Christine Lagarde résoudre le problème du gazole en prônant le retour à la voile et à la rame.
Etudiants, cheminots, fonctionnaires, professeurs : prenez exemple sur les pêcheurs !

Publié dans Opposition !

Commenter cet article